Spécial fêtes des Mères: les mamans afro bloggeuses

Spécial fêtes des Mères: les mamans afro bloggeuses

Comme vous le savez, AyaaOpinion aime la Femme et la Femme africaine tout particulièrement. Au lendemain de la journée de célébration des Mères, il était évident pour nous de faire un focus sur les mamans issues de la diaspora africaine. Nous sommes allées à la rencontre de mamans bloggeuses. Leurs prénoms ne vous dit rien peut être, mais leurs blogs et webzines respectifs si j’en suis sûre:  Danielle du webzine Afrosomething.com et  Rosiana du blog Revele-toi.com

AO/ Que signifie pour vous le fait d’être mère ?

Danielle (Afrosomething.com): Être mère est pour moi un privilège mais également une immense responsabilité. Donner la vie au sens propre comme au sens figuré…Un véritable job à temps plein fait de joies, de peines, d’angoisses, de questionnement, mais en définitive tellement épanouissant. En devenant maman je me suis indubitablement trouvée et je m’épanouis désormais auprès de ma fille. Nous apprenons ensemble finalement.
Rosianna (Revele-toi.com): Tout ! Mais bien évidemment je ne l’imaginais pas avant de prendre mon fils dans les bras. C’est un « état », une évidence, un devoir, une prise de conscience, un rêve,…

AO/ Être une maman issue de la diaspora africaine en France, est-il plus difficile pour élever un enfant ? A quel titre ?

Danielle (Afrosomething.com): Je ne dirai pas plus difficile, mais il faut être conscient qu’élever un enfant dans un pays où la question identitaire n’est toujours pas réglée, nous oblige à être plus vigilants. Pour beaucoup de personnes il est encore inconcevable d’être noirE et français. Français tout court, pas « d’origine », « de souche », « issu de l’immigration » ou que sais-je, juste français. A défaut de créer un monde idéal pour nos enfants, il faut leur donner les armes pour combattre le racisme ordinaire dont ils seront inévitablement victime. Cela passe par une confiance en soi (et aux autres qu’ils nous ressemblent ou pas) et en ses capacité, qui s’acquiert dès le plus jeune âge.
Rosianna (Revele-toi.com): Je suis Haïtienne, Caribéenne, antillaise, je suis française aussi et bien entendu impossible de passer sous silence mes racines Africaines. En ce qui me concerne cela n’est évidemment pas plus difficile d’élever un enfant ici. Je vis en France depuis l’âge de 4 ans, vivre ici est plus qu’un choix.  Je n’en oublie pas pour autant mes origine, on s’adapte à son environnement, c’est nécessaire, un impératif de survie. Mon objectif est que mon fils porte en lui, tout comme moi, toutes les richesses culturelles de son métissage. Nous vivons des heures particulières en ce moment en France, l’actualité nous ramène bien (trop) souvent à notre « différence », mais je n’ai pas peur car j’ai maintenant la responsabilité de rendre mon fils le plus tolérant possible. Le combat peut sembler perdu pour nous, mais il est l’avenir et j’ai confiance en lui, en eux …

Comment conciliez-vous rôle de maman et vie professionnelle ?

Danielle (Afrosomething.com): J’essaye de m’organiser au maximum afin de pouvoir travailler tout en ayant du temps libre que je choisis de passer la majeur partie du temps avec ma famille. Ma fille a deux ans et a besoin et est loin d’être autonome, aussi bien sur le plan matériel qu’affectif (l’est-on jamais ?). Par conséquent j’ai besoin qu’elle sache qu’elle peut compter sur moi ou son papa chaque fois qu’elle en ressent le besoin. Nous avons la chance d’avoir trouvé la perle rare des nounous, une vraie Super Nanny bienveillante, mais aussi d’avoir des grands-parents disponibles qui prennent le relais chaque fois que c’est nécessaire.

Rosianna (Revele-toi.com): Aie aie, et bien je fais avec, je culpabilise de ne pas rester plus tard au bureau devant la masse de travail, mais je culpabilise plus encore de ne pas rentrer assez tôt à la maison pour profiter ne serait-ce qu’une demi-heure de mon fils avant son coucher… bref je suis une maman qui travaille ! Je fais avec, je fais comme des milliards d’autres femmes, j’assume avec détermination tous mes rôles, salarié, maman, compagne, sœur, fille, amie… C’est cela la vie… Bien entendu il y a ici et là des moments plus tendu, du stress, des incertitudes, … je les juge normaux, mais je ne me décourage jamais car j’ai bien trop conscience de la chance qui m’est donnée de n’avoir comme difficulté principale dans l’éducation de mon fils, que le manque de temps. D’autres vivent en temps de guerre, d’autres des situations de grandes précarités, … Je concilie donc sans trop me plaindre mes différents rôles.

Quelles sont les valeurs africaines essentielles pour vous à transmettre à vos enfants?

Danielle (Afrosomething.com): Je suis issue d’une famille de six enfants alors la valeur suprême est pour moi le partage ! J’essaye de transmettre à ma fille l’importance de vivre avec les autres, parce ce que les autres sont une richesse. Pour cela il faut savoir partager. Partager ce que l’on est, ce que l’on a, mais aussi la terre sur laquelle nous vivons. Le partage amène ainsi le respect et la générosité.
Rosianna: Il y en a tellement ! Mais si je devais choisir ce serait cette aptitude inégalée au  partage, à la générosité ! Dans une monde où l’individu s’isole de plus en plus, se cache, se protège, n’existe parfois que derrière un écran d’ordinateur, je souhaite du plus profond de mon cœur parvenir à donner à mon fils l’envie d’aller vers les autres, l’envie de transmettre et l’envie d’apprendre des autres. Cela passe de mon point de vue par le voyage, l’expérience de l’autre, la découverte de pays, de modes de vie différents, de mœurs et de coutumes différentes, d’exploration… Je pense que les personnes altruistes sont douées du pouvoir de se mettre à la place d’autrui.

Un conseil aux futures mamans ?

Danielle (Afrosomething.com): Ne pas avoir peur de s’investir totalement pour le bien-être de sa progéniture car c’est ainsi que l’on s’épanouit selon moi. On aime jamais trop, on ne porte jamais trop, on ne donne jamais trop… N’écoutez que votre cœur; La maternité est une merveilleuse aventure.
Rosianna (Revele-toi.com): Je préfère ne pas parler de conseil mais de point de vue, elles vont en recevoir tant et tant des conseils qu’elles vont finir par ne plus savoir quoi en faire. Alors ma recommandation est la suivante : laissez-vous guider par votre cœur ! Faites-vous confiance ! Vous êtes sa maman, bébé le sait, le sent… la nature est bien faîtes il vous aime d’un amour inconditionnel, c’est l’instinct ! Je sais combien l’arrivée d’un enfant est un bouleversement au sein d’une famille, on est assaillit de visites, c’est normal et souvent rassurant de ne pas être seule mais personnellement, contrairement à beaucoup de jeunes mamans autour de moi, à l’arrivée de mon fils, j’ai eu besoin d’être seule avec lui. Pour que nous nous apprivoisions l’un l’autre, je n’avais pas envie de parler de lui à d’autres sans le connaitre dans les moindre détails… on a bien le temps de l’introduire en société n’est-ce pas ! 

Que voudriez-vous que vos enfants retiennent de vous ?

Danielle (Afrosomething.com): Je ne me suis jamais posé la question , mais puisque vous me la posez, j’aimerai que ma fille retienne de moi la joie de vivre à toute épreuve. Cela lui sera toujours utile…
Rosianna (Revele-toi.com): Edgar Alan Poe écrivait « J’entends au-dessus de moi dans les cieux les anges qui chantent entre eux Ils ne peuvent trouver de mot d’amour plus grand Que celui-ci : Maman” tout est dit … Derrière le mot maman il y’à toute la tendresse du monde. Mon plus grand bonheur serait qu’il comprenne que quoi qu’il se passe dans sa vie, de bon comme de mauvais, je serai toujours, toujours, toujours auprès de lui. Je suis dans son équipe, je suis sa capitaine, sa co-équipière, sa remplaçante, son arbitre aussi, … je suis lui car il est moi. Je ne souhaite qu’une chose qu’il retienne que je l’aime. 

Le dernier cadeau de fêtes des mères que vous avez reçu ?

Danielle (Afrosomething.com): Un très beau collier !Papa sait que maman aime beaucoup les bijoux.
Rosianna (Revele-toi.com): Il sera d’autant plus important pour moi car extrêmement symbolique, car je n’ai pas eu moi la chance d’avoir de maman à qui faire de cadeaux … Avant d’être maman à mon tour j’ai cru pardonner cette absence, à présent elle m’est tout simplement incompréhensible et fatale… Maman depuis moins d’un an, je n’en ai pas encore reçu mais j’ai hâte de découvrir mon premier collier de nouilles ! Je suis une maman heureuse !
Illustration: Abdel Kebir (@Del’art)

Posté par :

Partager l'article