PORTRAIT Journée de la Femme 08 mars 2015:  #Sarah DIOUF, le made in Africa : TONGORO

PORTRAIT Journée de la Femme 08 mars 2015: #Sarah DIOUF, le made in Africa : TONGORO

Sarah DIOUF est l’une des premières personnes que nous avons tout de suite voulu contacter lorsque nous avons pensé à la journée de la femme, et également l’une des personnes qui nous a inspiré dès le début de notre aventure. Elle fait partie pour nous du paysage incontournable de ces femmes qui, même loin de leurs racines, redonnent ses lettres de noblesse à l’Afrique. Sarah de par son parcours est non seulement une source d’inspiration pour tout entrepreneur mais est également en tant que femme, un modèle pour nous.

AO/ Qui est Sarah DIOUF ?

Je m’appelle Sarah DIOUF, j’ai 27 ans, je suis d’origine Centrafricaine, Congolaise et Sénégalaise (oui, je sais, ça fait beaucoup!), je vis à Paris et je suis entrepreneure : j’ai créé il y a 5 ans mon premier magazine digital, Ghubar (mode, arts & lifestyle), et je me lance cette année dans deux nouvelles aventures avec Tongoro, une plateforme de vente en ligne de vêtements 100% Made in Africa, et NOIR un magazine féminin – Africain.

AO/ Racontez nous l’histoire de Tongoro et du Magazine NOIR ?

Tongoro est un projet sur lequel j’ai commencé à travailler il y a un peu plus d’un an. Au delà de la mode, j’ai toujours été plus intéressée par tout le processus derrière ; de la création, en passant par la production, à la communication, c’est le suivi-développement de projet et la gestion de l’image de marque qui m’animent. A en croire la tendance, après le marché de la beauté afro (vers lequel tous les grands groupes cosmétiques se tournent aujourd’hui), c’est l’industrie textile-mode Africaine qui sera le secteur porteur sur les 3-5 années à venir. J’ai pris le temps d’observer et d’étudier l’évolution de plateformes telles qu’Asos, ou encore NastyGal, des succès qui je pense peuvent être réalisés en Afrique en usant intelligemment nos ressources. Ne disposant pas seule du capital global nécessaire à la matérialisation du projet, je me suis associée à une amie de longue date (juriste de profession), qui a tout de suite adhéré à la vision, l’esprit et la portée. Avec une première collection produite au Sénégal, nous ouvrons les ventes au printemps prochain.

TONGORO

AO/ Avez-vous été confronté dans votre parcours professionnel à des défis liés à votre condition de femme et de (jeune) femme africaine en particulier ?

Avec le recul, je pense que j’ai toujours été précoce de par mes idées, et ma façon de voir les choses. J’ai commencé à travailler dès l’âge de 16 ans, en parallèle de mes études, en ayant en tête une idée plus ou moins précise de ce que je voulais faire, et je ne pense pas avoir été confrontée à des obstacles du fait d’être une femme, parce que je n’ai jamais vu le fait d’être une femme comme un obstacle à la réalisation de mes objectifs. En revanche, de par mon âge, à plusieurs reprises (mais moins aujourd’hui), j’ai souvent ressenti du manque de considération, du doute, au premier abord, de la part de personnes avec qui j’ai pu collaborer, qui aujourd’hui me font entièrement confiance.

Enfin, en tant qu’Africaine, je peux dire qu’en cinq ans, le monde et la perception du monde sur l’Afrique, son potentiel et ses acteurs ont changé. De manière générale – pour toutes les femmes Africaines qui ont eu la volonté et le cran de changer les choses dans leurs domaines de prédilection – je pense que le discours est passé de « c’est une PETITE Africaine qui ESSAIE de se faire une place dans… » à « C’est une JEUNE Africaine qui SE BAT pour imposer une autre vision de… », dans les deux cas, cela ne doit nous donner que plus envie de casser la baraque.

AO/ Comment décririez-vous  la femme africaine d’aujourd’hui ?

Je pense qu’il faut prendre en compte que la femme Africaine est avant tout plurielle : elle est noire, blanche, métissée, elle est Ivoirienne, Marocaine, Nigériane, (…) elle vit et agit avec son temps, en Afrique ou ailleurs, elle comprend et croit en l’importance de l’égalité des sexes (…), et de manière plus intemporelle, la femme Africaine, est, et toujours été force et générosité.

AO/ Comment voyez-vous la femme africaine dans l’avenir ?

La grande question qui se pose quant à la place de Femme en Afrique aujourd’hui et sur les prochaines années à venir tourne autour du Féminisme et de son assise sur toute l’étendue du continent. C’est un mot qui est encore mal perçu par endroits, trop souvent assimilé à l’image d’une femme en révolte, alors qu’il n’en est rien. Je pense que ce sera le défi de nos pays : inculquer, promouvoir et assurer l’égalité des sexes dans les différents domaines de la vie politique, économique, et sociale. Les femmes sont depuis toujours les architectes de nos sociétés, à l’origine du micro-crédit, des petites économies, du travail communautaire, et leur élévation dans la société ne se traduit en rien à une chute de la place des hommes. Puis d’un point de vue plus personnel, le défi de la femme Africaine sera de se débarrasser de ce sentiment de « culpabilité sociale » lié à sa réussite, dont on ne parle pas souvent, mais qui pourtant, existe. Apprenons, tout en restant humbles, à être fières, sans aucune gêne.

AO/ Votre top 3 des femmes sources d’inspiration ?

1. Oprah

2. Diane Von Furstenberg

3. ma grand-mère, Marie-Angèle.

AO/ Un conseil ou un mot d’encouragement pour les jeunes femmes qui vous suivent et qui souhaiteraient valoriser la beauté noire et promouvoir le made in africa

JUST DO IT ! Le marché du Made In Africa a besoin de plus d’acteurs, et d’acteurs solides pour s’ériger comme tel. L’Afrique a besoin d’initiatives. Et en cas d’incertitude, il vaut mieux toujours se lancer et échouer que ne rien faire et vivre avec des regrets.

LEMAGAZINENOIR

————————–Portrait chinois (africain) de Sarah————————–

Si vous étiez un pays africain ?

Le Sénégal

Si vous étiez un style musical africain?

La Kora

Si vous étiez un plat africain ?

Poulet braisé/alloco . Valeur sure !

 

 

Plus d'infos:
TONGORO
- Le site internet: http://tongoro.com/
- La Page Facebook: https://www.facebook.com/tongorostudio
- Twitter: https://twitter.com/tongorostudio
- Instagram: https://instagram.com/tongorostudio/
LE MAGAZINE NOIR- La Page Facebook: https://www.facebook.com/lemagazinenoir
- Twitter: https://twitter.com/LEMAGAZINENOIR
- Instagram: https://instagram.com/LEMAGAZINENOIR/
 Le blog de Sarah : http://sarahdiouf.com/

Posté par :

Partager l'article