Spécial Fête des Mères: AfroKidzStyle, le nouveau média des parents et enfants afro-descendants

Spécial Fête des Mères: AfroKidzStyle, le nouveau média des parents et enfants afro-descendants

Comme vous le savez, AyaaOpinion aime la Femme et la Femme africaine tout particulièrement. Au lendemain de la fête des Mères, il était évident pour nous de faire un focus sur les mamans issues de la diaspora africaine. Nous sommes allées à la rencontre d’Elsa une jeune Maman et webentrepreuneuse que nous avons d’abord découvert via son blog Leona Therapy et aujourd’hui à travers son projet AfroKidzStyle!
Rencontre avec celle qui redonne de l’afro aux enfants afro-descendants et à leurs parents!

  • AO/ Nos lectrices et lecteurs sont curieux d’en savoir plus sur Elsa RAKOTO ?

Bonjour! Je suis une jeune femme de 27 ans, maman d’une petite fille de 4 ans et demi. Je suis basée à Lyon, mais j’ai passé une grande partie de mon enfance sur l’Ile de la Réunion. Je suis d’origine malgache. J’ai eu une formation littéraire et artistique, et dans la vie je suis rédactrice freelance. Je travaille occasionnellement sur des projets photographiques, car la photo est ma passion. J’ai crée le blog Leona Therapy en 2012, qui est un blog photo afro lifestyle.

  • AO/ Comment vous est venue l’idée du projet AfroKidzStyle? et quels en sont les objectifs

Tout est parti d’un constat vis-vis de la blogosphère parentale francophone ainsi que des médias et sites dédiés à la communauté afro. Il y a très peu de mamans blogueuses afro-descendantes qui abordent les spécificités du fait d’élever un enfant noir ou métisse en France, mis à part la question du cheveu afro, dont l’aspect filon commercial dû à la quête perpétuelle des bons produits pour l’entretien éclipse souvent la dimension politique du cheveux afro (la question de l’image et de l’estime de soi). Les problématiques de transmission, de multiculturalisme, de racisme ainsi que de pédagogie sont absentes des discours. Et cela se comprend car il y a d’abord beaucoup de pudeur autour de ses sujets, et en France c’est encore une nouveauté induite par la perception négative du « communautarisme ». Avec Afro Kidz style, je voulais mettre des mots sur ce malaise, poser tous ces questionnements carte sur table de manière à rendre visible les spécificités de la communauté afro dès l’enfance, et de déclencher une prise de conscience afin de se valoriser nous-même. Je pense que l’enfant afro-descendant mérite une place de choix dans les médias, car il est le vecteur de la famille, et par extension il témoigne d’un besoin de cohésion de la part de l’ensemble de la communauté noire.

  • AO/ Que retrouvera t-on sur AfroKidzStyle ?

Le nom Afro Kidz Style est trompeur, car il n’est pas seulement question de style vestimentaire, mais de style de vie. La ligne éditoriale du site s’articule autour de quatre grands axes: la mode, les loisirs, le lifestyle et les thématiques sociétales. Vous retrouverez les sujets chers aux parents d’enfants noirs ou métisses, ceux que vous abordez volontiers dans les conversations entre amis et en famille, les bons plans, les initiatives.

  • AO/ Selon vous quels sont les challenges auxquels doivent faire face les mamans issues de la diaspora africaine en France?

Qui dit diaspora dit pont entre deux cultures. Et le plus grand défi pour nos enfants, c’est d’en faire une force plutôt qu’un handicap. Il n’y a pas vraiment de soucis à se faire concernant la culture dominante dans l’environnement de l’enfant car celui-ci va s’ en imprégner naturellement en grandissant. Là où cela demande un effort pour les parents, c’est dans la posture à adopter vis-à-vis de la culture ancestrale, celle héritée du continent africain, celle dont la langue, si elle n’est pas pratiquée 1/3 du temps de parole de l’enfant ne sera plus maîtrisée, celle pour laquelle il faut faire l’effort de transmission, de dialogue, d’imprégnation positive, d’enseignement afin d’épargner aux enfants une quête identitaire jalonnée de doutes. Eduquer un enfant, c’est s’éduquer soi-même, remplacer le vide par le savoir en se liant à nos propres ancêtres. Toujours garder à l’esprit nos origines, les raisons pour lesquelles nous sommes ici aujourd’hui, et pourquoi nous sommes aussi afro-responsables. Mais aussi, et spécifiquement pour les femmes, trouver le bon équilibre entre la tradition et les influences européennes. Et cela, c’est un vrai challenge car en France les discours dominants nous poussent à gommer nos spécificités et à renforcer le déracinement identitaire. Pour qu’un enfant soi épanoui, il a besoin du respect de son intégrité. L’estime de soi et la connaissance de sa propre histoire ont un grand rôle à jouer dans ce droit au respect.

bannière-afrokidzstyle.com

  • AO/ Comment conciliez-vous rôle de maman et vie professionnelle ?

Je n’ai pour l’instant qu’une enfant, et donc il a été aisé pour moi de ne pas faire de concession à ma vie de maman. Aujourd’hui pour profiter pleinement de la petite enfance de ma fille et lui épargner du stress, je me suis mise en freelance et cela me permet de travailler la plupart du temps chez moi et d’être disponible pour elle à la sortie de l’école, aux repas de midi, pendant les sorties scolaires, etc… Quand elle était bébé, c’est moi qui la gardais à 100%, cela a été une pose incroyablement bénéfique dans ma vie de femme. J’ai eu beaucoup de chance de pouvoir le faire contrairement à d’autres mamans que je côtoyais qui devaient jongler entre leur emploi du temps et les problèmes de garde. Arrêter toute activité professionnelle pendant deux ans, l’allaiter, ça a été un choix radical que je ne regrette pas. Cela passe très vite. Et ma reprise professionnelle s’est opérée en douceur, avec des missions qui me permettent de gérer mon temps de travail comme je le souhaite.
Aujourd’hui grâce à l’aide précieuse du papa qui prend le relais quand je dois m’absenter en soirée ou le week-end par exemple je suis de plus en plus impliquée dans mes projets professionnels. Mais j’ai conscience que quand le deuxième enfant arrivera (on ne sait jamais) je n’aurais pas autant de libertés et de disponibilités qu’aujourd’hui et que je vais devoir envisager un maternage moins exclusif et fusionnel que celui que j’ai vécu avec ma fille aînée.

  • AO/ Quelles sont les valeurs africaines essentielles à transmettre à vos enfants ?

Pour moi, tout épanouissement réside dans la transmission de ces valeurs. Je parle de la tradition africaine ancestrale, celle qui est commune à toutes les cultures des pays africains ainsi qu’aux cultures afro-caribéennes. Cette tradition qui est le seul dénominateur commun dans toutes les communautés noires et autour de laquelle nous tirons notre essence et nous pouvons nous rassembler dans l’unité. La tradition africaine ancestrale est bien plus ancienne que les religions dites révélées comme l’Islam ou le christianisme qui s’en sont inspirés et elle se fonde autour de valeurs fortes et toujours vivaces malgré les ravages du colonialisme culturel.
Ces traditions sont: le culte des ancêtres, l’écologie sacrée et le totemisme, le Divin en tant que fluide universel, l’androgynéité de l’être créateur, la complémentarité entre l’homme et la femme, le principe de la réincarnation et des forces invisibles. Ces valeurs africaines, je les ai apprises de part ma culture malgache et familiale lors de mes premiers voyages à Madagascar, je les ai observées aussi à la Réunion où il y a une sorte de Synchrétisme dû au mélange des cultures et chez mes amis antillais, et en faisant des recherches approfondies sur les traditions ancestrales sur le continent africain, avec des auteurs comme Doumbi Fakoly ou plus ancien Cheikh Anta Diop.
La tradition africaine, si elle est enseignée aux plus jeunes, est un savoir qui permet de constituer des valeurs essentielles où chaque élément de vie est respecté: les êtres humains, la faune, la flore, la planète. Tout cela est crucial pour le devenir de nos sociétés où le constat de violences et d’écologie est alarmant.
Il est formidable de constater que malgré l’esclavage, le déracinement, la colonisation et les souffrances que tout cela a engendré chez les peuples noirs, ceux-ci ont pu, grâce à ces valeurs africaines, survivre dans des sociétés hostiles en Europe et aux Etats-Unis, survivre dans des pays appauvris, et retrouver à chaque fois l’essence de la tradition africaine, cette force intérieure, ce chant, cette capacité à créer de la joie là où la misère humaine sévit impitoyablement, cette capacité à se réapproprier ces valeurs africaines même au sein des religions que les colons ont imposés aux pays africains.

  • AO/ Un conseil aux futures mamans ?

Je n’ai qu’un seul mot qui risque d’en irriter plus d’une, mais bon: profitez!! Profitez d’une part de votre vie de femme sans enfant pour construire votre vie, car chaque passage à un autre état en tant que femme est irréversible. Ensuite, profitez de l’état de grossesse, car c’est un état de grâce divine où la femme devient créatrice de vie et où toute question existentielle ne se pose plus. Soyez reconnaissante envers votre corps (dont vous aurez bien profité avant ;-)) car il est capable de donner la vie, faites lui-confiance, soyez bienveillante envers vous-même.
Débarrassez-vous de vos peurs de l’accouchement par la parole (en dialoguant avec les femmes de votre famille), par la méditation intérieure, et par le respect de la lignée de toutes vos ancêtres auxquelles vous appartenez depuis les origines qui ont chacune à leur tout donné la vie.
Et enfin, vivez dans l’amour, peu importe votre niveau d’études, de précarité, votre statut social, ce qui importe c’est l’amour et la bienveillance que vous avez en vous car il y a de la divinité en chacun de nous. Vous êtes souveraine de votre vie, de votre grossesse, de votre accouchement, avant d’être la maman que vous voulez être.

  • AO/ Que voudriez-vous que vos enfants retiennent de vous ?

En tant que maman d’une petite fille, j’aimerais qu’elle apprenne de moi tout ce qui touche à la féminité, qu’elle s’en inspire pour construire la sienne. Ensuite tout ce qui concerne la cuisine (qui pour moi est un apprentissage très important pour tous les enfants) car comme on dit celui qui maîtrise son assiette maîtrise son destin.
Et enfin, ayant une fille métisse avec un papa franco-centrafricain, j’aimerais qu’elle retienne de moi son côté malgache.

  • AO/ Le dernier cadeau reçu pour la fête des mères ?

J’ai reçu une poésie récitée qu’elle a apprise en classe de petite section. Et un « je t’aime » d’une plus grande résonance que d’habitude.

  • AO/ Une date de mise en ligne d’AfroKidzStyle ?

Afro Kidz Style devrait voir le jour le 31 mai à la fête des mères. J’ai décidé de le mettre en ligne malgré le fait qu’il reste encore beaucoup de développement à faire, afin qu’il grandisse et qu’il s’améliore petit à petit, plutôt que de trop retarder son lancement. C’est aussi en se confrontant au feedback des lecteurs que je pourrais mieux axer la ligne éditoriale du site.
C’est un projet que je porte seule pour l’instant et qui du coup me prend énormément de temps, car je dois en gérer tous les aspects.
Aujourd’hui, lancer un webzine afro est vrai défi, car il est difficile de trouver un modèle économique viable (il n’y a pas encore de régie spécialisée en produits destinés à la communauté afro). J’espère m’entourer par la suite des bonnes personnes pour faire avancer le projet et que celui-ci devienne participatif. Mais je commence petit, et ce projet m’apporte beaucoup chaque jour!

Illustration: Abdel Kebir (Del’art)

Plus d’infos:

http://www.leonatherapy.com/

http://afrokidzstyle.com/

Posté par :

Partager l'article